Historique
Qui, quoi?
Ou, quand?
Traditions
Photos, vidéos
Liens
Membres
Accueil
 


- Paroles de chansons

- Multimédia (mp3s)

- Costumes traditionnels

- Recettes DMIJ


....








PAROLES
...À venir...



retour  

MULTIMÉDIA
MP3s (par les DMIJ):
-
Black Velvet

- Reel de Limoilou

- Reel tempérance

retour  

 

COSTUMES
Habillement selon les régions
...À venir...

La ceinture fléchée
(cliquez sur les liens pour voir des photos des différents modèles de ceinture fléchée; ces photos ouvrent dans une nouvelle fenêtre)

La ceinture fléchée est sûrement la pièce de vêtement la plus typique du patrimoine traditionnel québécois. C’est une longue bande tissée aux doigts, formant des motifs en pointe de flèche, d’où le nom de ceinture fléchée. Les ceintures les plus anciennes ont probablement été celles à flèche nette ou à losange tel qu'on les retrouvaient dans la région de
Québec.

Les plus populaires, de motif Assomption, étaient composées d’un coeur rouge flanqué de chaque côté d’éclairs ou zigzags blancs, bleus, jaunes et verts.

Les ceintures de motif Acadienne étaient très rares et offraient une particularité. Elles étaient tissées sur trois raies, une au centre de couleur non uniforme et une au tiers du bord de chaque coté.

Celles de motif Chénier ne ressemblaient en rien aux autres. Elles se composaient de quatre à six bandes étroites cousues les unes aux autres pour former une largeur identique à celle d’autres ceintures.

À l’origine, vers 1756, les ceintures fléchées avaient un but utilitaire : elle tenaient bien au chaud les coureurs des bois et les voyageurs. Plus tard, vers 1821, elles devinrent populaires jusqu’à être un ornement d’apparat.

Les ceintures fléchées étaient tissées par des Canadiennes françaises, en particulier celles de la région de l’Assomption près de Montréal, d’où l’appellation de ceinture (Assomption).

Le processus de fabrication d’une ceinture fléchée traditionnelle était long et toute la famille y apportait sa contribution. Il fallait tondre les moutons, laver la toison, carder et filer la laine, la teindre à la teinture végétale, puis la retordre au rouet . Avant le tissage proprement dit, il fallait ourdir les fils de chaîne puis cirer la laine afin de l’imperméabiliser et la rendre plus durable. Ensuite venait le travail du tissage, tout de patience et d’habileté manuelle car on tissait les motifs de la pièce tout entière sans outillage ni métier. Une ceinture pouvait facilement faire 3,5 mètres de longueur sur 25 à 30 centimètres de largeur.

Il est important de savoir que la Compagnie de la Baie d’Hudson qui a contribué au développement de la ceinture fléchée tissée à l’Assomption, et l’a même popularisée, a aussi participé à sa disparition. Aux alentours de 1880, les ouvrières de l’Assomption exigeaient une rémunération plus substantielle pour leurs ceintures fléchées tissées aux doigts. La Compagnie de la Baie d’Hudson, plutôt que d’accéder à leur demande, importa de Coventry, en Angleterre, des ceintures tissées sur métier mécanique, également vendues sous le nom de ceintures fléchées. C’est ce qui a fait mourir l’art de la ceinture fléchée tissée aux doigts au Canada français, les ceintures d’Angleterre étant moins dispendieuses.

Vers 1915, à la demande de la Société de folklore du Québec, les soeurs de la Providence acceptèrent de sauver de l'oubli ce tissu à nul autre pareil. Puis en 1930, Madame Napoléon Lord a enseigné la technique de la ceinture fléchée à des institutrices de l'école des Arts domestiques, qui l'ont à leur tour propagée dans plusieurs régions du Québec. Certains folkloristes tel Monsieur Edouard-Zotique Massicotte et Monsieur Marius Barbeau par leurs recherches et leurs écrits ont participé grandement à nous faire connaître le passé glorieux de la ceinture fléchée qui nous raconte une belle histoire d'amour tissée par nos ancêtres à notre intention.


Référence: Le fléché authentique du Québec
Auteur: Véronique L Hamelin
Editeur: LEMEAC


retour